Politiquement correcte...

Publié le par A-K

Le racisme, le sexisme sont devenus joliment discrets. On ne vous l'envoie plus en pleine face, plus de bougnoules... mais on écarte d'une main gantée le mauvais nom, le mauvais sexe, on ne compte plus les "non" pour un nom mais, nom de nom, ça compte encore. Et puis... chacun sa soupe, un faiseur de couscous doit faire cuire des brochettes, créateur maghrébin, faut parler d'intégration, de voile et de guerre d’Algérie, pas d'universel appliqué et châtié, non, du langage de cité bien châtré ou pas de droit de citer. Pas de droit de citer sans cités... Pour les femmes, même combat, ou absence de combat justement, il faut parler d'amour et de cuisine, parfois de plantes à sauver ou d'animaux attendrissants mais rien qui ne dépasse de la chambre à coucher. Pour la femme maghrébine c'est plus sympa encore... faut dire qu'on veut pas porter le voile, que les hommes sont pourris et en souffrance quand même mais qu'elles ne supportent plus ces oppresseurs oppressants et eux mêmes excusés d'une vie de merde. Faut dire que Dieu est pas sympa. Allah est misogyne. Le monde de l'art pue joliment. Politiquement correcte et sympathiquement puant. Je les emmerde. Ne faites pas d'universel les amis si vous n'êtes pas de vieille famille et du bon sexe. Pas de Chabrol chez les zoulous, pas de Mankievicz chez les bronzés. Zonzon, Indigènes, Halal police d'état, voilà... ça c'est bien. C'est exotique et tellement sympathique. Je les emmerde. Ma conclusion sera simple et sans appel: seul l'art de rue n'y est pas encore... à la rue. Je pense que vous avez tous compris que je n'avais pas de plan de carrière autre que... créer en toute sincérité. Et, finissant, j'emmerde encore tous ces gens qui puent de l'âme.


 

A-K

Publié dans Les brèves.

Commenter cet article