Petite auto-critique mégalo de ma prochaine pièce.

Publié le par A-K

AfficheIndienManchot11 (2)

 

 

 

 

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

 

Sous l'affiche.

 

Qu'est ce que c'est que ce truc?

 

Une pièce.

 

Non, en vrai?

 

En vrai... une pièce... contemporaine.

 

Ah... je comprends mieux. Et c'est au Ranelagh?

 

Non non, ça c'est pour la frime. Ca sera plutôt sous le pont Neuf et ils diront que c'est pour garder une touche autentique et proche de la rue.

 

Ils n'ont pas une tune quoi...

 

Oui voilà. Ah tiens... voilà l'auteur... enfin l'auteur... Monsieur Kaci, nous sommes les deux journalistes chargés de cette interview.

 

Ha? Mais, là, il neige.

 

Oui mais nous avions rendez-vous...

 

Oui mais il neige...

 

Je vous paye un café?

 

Il neige...

 

Un whisky?

 

Allons-y.

 

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

 

Au café des délices... habibi habibi...  au café des délices!

 

Vous en voulez un autre Monsieur Kaci.

 

Non merci. Un double plutôt.

 

Bon, on commence?

 

Procédez...

 

Eh bien déjà, laissez moi nous présenter. Je suis Eric Zolleau et lui c'est Eric Nemmour.

 

Vous êtes nés la même année?

 

Pourquoi?

 

Non rien...

 

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

 

L'entreview.

 

Nemmour: Bon alors je vais commencer. Sérieusement c'te pièce c'est un peu n'importe quoi. Je trouve le style pauvre et vulgaire, la prose insipide et le fond plus bas encore.

 

AK: J'aime pas trop ta gueule.

 

Nemmour: Ha ben super. Super l'argument... nan mais super...

 

AK: Ah non, pas un argument, un pas de coté. Pendant que vous parliez, j'ai réalisé que... ben que j'aimais pas trop ta gueule. Pardon, continuez.

 

Nemmour: Oui mais alors là... déjà que vous êtes pas brillants à l'écrit mais si en plus vous balancez des iditoties pareilles alors là... bon.

 

AK: Vous avez fini?

 

Nemmour: Non, je voulais aussi revenir sur le fond. Enfin sur le cul de cette pièce, le mot serait plus juste. Déjà, je veux vous dire, sans animosité hein, je veux vous dire que, le prenez pas mal hein, vraiment c'est en toute simplicité, comme simple spectateur hein... je voulais vous dire donc que.. c'est de la merde.

 

AK: Hein hein...

 

Nemmour: Et pis cette façon d'écrire "parlé" ça m'énerve moi ct'e façon d'écrire "parlé".

 

AK: Pardon.

 

Nemmour: Pis c'est démago à souhait quoi cette morale post soixante-huitarde décadente... et  ce refus de l'assimilation qui aime pas la France et le drapeau...

 

AK: Et les enfants de la patrie?

 

Nemmour: ouai ben riez mais sans la France et ses grands hommes qui se sont sacrifiés pour vous, vous pourriez pas écrire...

 

AK:  Ce que vous n'aimez pas.

 

Nemmour: Ben oui c'est ça la France Monsieur, c'est le pays qui permet de tout faire et tout écrire, même des conneries pareilles.

 

AK: Eh bien voilà. Je contribue à votre grand rêve alors.

 

Zolleau: Oui alors moi j'aimerai tout de même à un moment évoquer un peu la plume et les codes du théâtre complètement bafoués dans ce texte dont la puissance narrative pourrait tenir dans un dé à coudre. Pourtant j'avais trouvé, Monsieur Kaci, dans vos précédents textes, si ce n'est du talent, une once de bon vouloir, or là... je n'ai été confronté qu'à la profondeur de l'abîme sidérant de votre esprit si tel est le mot juste tant vous avez redonné ses lettres de noblesse non pas à l'art dramatique (ou dans un sens second) mais bel et bien à cette dite vacuité, tant les personnages sont fades et caricaturaux, les dialogues ronronnants et hypnotiques, la dramaturgie désolante et meublée de poncifs J'ai vu moi dans la salle une vague, que dis-je un tsunami d'indifférence et de mépris passer par à coups une pleine heure et demi.

 

AK: Hum... excusez moi, je me suis assoupi... je me suis réveillé sur "mépris"... on parlait de Godard?

 

Zolleau: Ah oui, et j'ai trouvé consternante cette façon prétentieuse et arrogante de vous moquer de vos pairs.

 

AK: Vous parlez de qui?

 

Zolleau: Euhhhh... je ne sais pas... Yann Moix par exemple.

 

AK: Yann Moix n'est pas mon pair... mais j'ai connu sa mère... ou bien c'était Zeller... je ne sais plus. Donc, oui, Moix est un âne. Qu'y puis-je?

 

Nemmour: Pourtant il est bien dans votre registre de pseudos provocateurs...

 

AK: Mon ennemi n'est pas la Suisse.

 

Zolleau: Et qui est votre ennemi?

 

AK: Le mensonge.

 

Zolleau: Non mais vraiment... Monsieur Kaci... qu'est-ce qui vous a pris après "En vers et contre tous" et "Abraham Grass" de nous pondre une telle bouse?

 

AK: Monsieur Zolleau... Eric... depuis le temps qu'il me court après, un jour je me suis dit qu'il était  venu le moment de laisser le Diable financer mes églises.

 

Nemmour: Eh ben... apparemment, il vous a demandé de gros sacrifices...

 

AK: Oui. Le premier étant... d'accepter de parler à des cons. Je peux avoir un autre whisky?

 

 

 

A-K

 

 

 

Commenter cet article